Restez informés

  

Suivez-nous !

  

 

Accueil | Nouveautés commentées | Nouveautés en lecture | Coups de coeur | À paraître | Magazines | Annuaire | Forums

 


Thèmes | Collections | Entretien avec ... | Comment commander | Comment paraître | Boîte à outils | Qui sommes-nous ?

Entre nous, vous voyez-vous avec un ordinateur portable en guise de livre de chevet ?


Vous êtes ici : Récits et romans

mise en ligne: jeudi 17 août 2006



Souvenirs inachevés

Roger Receveau

 
   

 

 

Actuellement indisponible

Les Souvenirs Inachevés de Roger Receveau sont une belle histoire de pilote de guerre et d’essais dont le récit rythmé emporte dans un tourbillon d’aventures aux nombreux frissons rétrospectifs.

Il débute entre les deux guerres mondiales dans les odeurs d’huile de ricin des Potez 60, sur l’aéroclub du Mans, et prend fin à Brétigny, en 1946, au Centre d’Essais en Vol, aux commandes du prototype de l’Arsenal VB 10-01, dernier bimoteur en tandem avant l’avènement des avions à réaction.

La plume alerte de l’auteur, trempée dans l’encre de la passion, nous fait partager son amour du vol et son éthique remarquable. Plus jeune pilote de France à l’âge de 17 ans, en 1936, il gagne un trophée aérien avant même d’être breveté pilote. Les récits de vol des Mermoz, Costes et Bellonte, Saint-Exupéry, mais aussi les exploits des pilotes de meeting ou des chasseurs de records de vitesse et d’altitude de l’Entre-deux-guerres l’ont amené là. Les odeurs d’huile de ricin du premier vol sur Potez 60 sont vite oubliées, comme les vols en planeurs lancés par sandow se terminant parfois en redoutable vrille, car la guerre survient, celle qui séparera pour longtemps les amis vélivoles franco-allemands de 1938 dont il se souvient.

Roger Receveau s’engage dans l’aviation militaire à l’école des sous-officiers pilotes d’Istres et gravit rapidement tous les échelons professionnels. Il est d’abord moniteur, puis pilote de bombardement avant d’accéder à l’aviation de chasse, au groupe Lafayette qu’il ne quittera plus de toute la guerre.

Il connaît les incertitudes d’après l’Armistice de 1940 et le drame de Mers el-Kébir où les Anglais neutralisèrent la flotte française pour ne pas qu’elle tombe aux mains des Allemands. Puis il s’engage résolument au côté des Américains sur Curtiss P-40 et sur Republic P-47 Thunderbolt sur lesquels il effectue 131 missions de guerre d’attaque au sol contre de nombreux objectifs. Au départ de la Corse et appuyant les troupes alliées en Italie, il est touché plusieurs fois par l’artillerie adverse et ramène son appareil de justesse. Il effectue parfois plus de 20 missions en 24 heures, participe au débarquement de Provence en août 1944 : des centaines d’avions, de lourdes pertes... Plus tard, décollant d’Ambérieu, en octobre 1944, pour une mission d’appui-feu sur la Ruhr, il est gravement touché derrière les lignes allemandes et doit se poser en catastrophe. Plusieurs mois difficiles commencent alors en camp de prisonniers, aux conditions de vie si dures, jusqu’à sa libération et son retour en France.

Après quelques mois de repos, il rejoint son unité, désormais soumise aux contraintes du temps de paix, et opte rapidement pour les essais en vol et le Centre d’Essais de Brétigny-sur-Orge nouvellement créé. C’est là qu’il fera ses dernières armes d’aviateur militaire aux commandes de nombreux types d’appareils : Heinkel 274, Dornier 335, le NC 1071, Gloster Meteor, SO 6000 Triton... Son nom sera donné à l’une des promotions de l’École des pilotes d’essais et de réception dont il fut l’un des premiers instructeurs.

Roger Receveau ne manque pas de rendre hommage aux camarades perdus au champ d’honneur, à ses chefs admirés comme le Commandant Arnaud, véritable "recréateur" de la chasse après la débâcle, arrêté lui aussi par la mitraille. Il décrit l’angoisse du condamné à être fusillé au petit matin qu’il fut avant d’être gracié, et surtout cette fraternité d’arme et cette solidarité si chère aux aviateurs qui éclairent tout son récit. Comment ne pas conseiller la lecture de ce beau livre plein de fougue et de passion, joliment illustré, et où les témoignages des proches amis de l’auteur viennent lui tresser des couronnes posthumes mille fois méritées ?

Richard Feeser


144 pages (dont 16 de photos), format A5 (14,8 x 21 cm)


 

Références:

Souvenirs inachevés

Roger Receveau

Avia Éditions

ISBN : 2-915030-13-8
indisponible
14 €







Éditeur et auteur

Coordonnées de l'éditeur :
- Avia Éditions


Autres ouvrages du même éditeur
- Avions Marcel Dassault
- Caravelle
- Caudron Renault C-635 Simoun
- Cocardes sur l’Algérie
- Escadron de transport Franche-Comté
- Gerfaut et Griffon
- Jaguar A/E : Aviascope n°3
- Junkers 88 et 188 français
- L’Aéronautique Navale 1920-1939
- L’aviation civile française 1919-1939
- Le renouveau de l’aviation française 1945 - 1960
- Les avions britanniques aux couleurs françaises
- Loire 43, 45 & 46
- Mirage F1 B/C/CT : Aviascope N° 2
- Mirage III C/B : Aviascope N°1
- Mystère II
- Potez 62 & 65
- SNCASE SE 100, chasseur lourd polyvalent

Rechercher sur ce site:

À ce jour dans l'Aérobibliothèque : 3405 publications.

Accueil
Tout le site par rubriques
Redaction et Admin (mot de passe)
Accueil |
Recherche
|Plan |
Contact
 


Responsable légal : Philippe Ballarini

Collaborateurs (permanents ou épisodiques) :

E. Ballarini, Ph. Bauduin, H. Bernard, R. Biaux, Ph. Boulay, F. Brignoli, Th. Couderc, R. Feeser, P-C. Got, H. Guyot, B. Hugot, T. Larribau, J. Leclercq, Th. Le Roy, D. Liron

Ph. Listemann, F. Marsaly, P-F. Mary, Th. Matra, F. Mée, C. Micelli, B. Palmieri, F. Ribailly, Ph. Ricco, G-D. Rohrbacher, J. Schreiber, P. Villatoux, J-N. Violette, G. Warrener
Les recensions, critiques et chroniques publiées dans l'Aérobibliothèque sont la propriété de l'Aérobibliothèque et sont protégées par la loi du 1er juillet 1992.
Toute publication dans un autre espace internet ou sur un document imprimé doit faire l'objet d'un accord préalable de l'Aérobibliothèque et de l'auteur du texte concerné.
ooooooo
Ce site Spip est une réalisation Evelyne Marsura © 2001