Restez informés

  

Suivez-nous !

  

 

Accueil | Nouveautés commentées | Nouveautés en lecture | Coups de coeur | À paraître | Magazines | Annuaire | Forums

 


Thèmes | Collections | Entretien avec ... | Comment commander | Comment paraître | Boîte à outils | Qui sommes-nous ?

Entre nous, vous voyez-vous avec un ordinateur portable en guise de livre de chevet ?

 Notre partenaire :

Livreaero.fr


mise en ligne: jeudi 2 avril 2009



Boeing Fortress Mk.I
Allied Wings N°7

Phil H. Listemann

 
   

 

 


- Lire l’article en français

This, the seventh book of Phil Listemann’s “Allied Wings” series and the first dealing with a four-engine aircraft describes the service history with the RAF of the twenty B17Cs purchased by the British in 1940 – from the still (officially) neutral USA., and known to the RAF as Fortress Mk.1s

The gestation of the B17 from the Boeing Model 229 and subsequent YB-17 is concisely described in the introduction – which then explains how the RAF came to buy a score of B17C models under contract A-5077. Both the British and the Americans were curious to establish the effectiveness of high altitude “stratospheric” bombing. The RAF had also on order B17E & F models and sought to get a feel for operating the type with the initial 20 B17C s. Thus the RAF became the first of the Allied Air Forces to fly the B17 in combat – which is often forgotten when recalling the quintessential USAAF “Flying Fortress”

The Units chapter describes the employment of these aircraft by 90 Squadron, 2 Group from May 1941 to February 1942 and thereafter by 220 Squadron Coastal Command from February to July of 1942. 90 Squadron was re-formed in May 1941 purely for bringing into service the Fortress Mk. 1 which was a major technological leap from anything else in service with the RAF at the time. Unfortunately technical difficulties plagued the type throughout its employment by the RAF. Furthermore operating aircraft as high-altitude daylight bombers was a completely new mission for the British. Needless to say both aircrews and ground crews had to cope with many unforeseen problems. A three month working up period at Watton and West Raynham saw the loss of the first a/c due to icing at high-altitude, a portent of a problem which would plague the RAF operations as would the difficulty of bombing through cloud cover far below the operating height. Operational sorties commenced in July 1941 after the squadron relocated to Polebrook. The initial missions to Wilhelmshafen, Berlin and Brest and Hamburg are related in detail. August brought the first combats with the Luftwaffe ; over Bremen and Brest which proved that the Fortress was at least capable of defending itself (when the machine-guns did not freeze-up) – although persistent technical and meteorological problems prevented any real success as bombers. September 1941 was a fateful month for the aircraft’s operations with 90 Squadron. Detached to Kinloss two long-range raids on Oslo were made, accompanied as usual by technical difficulties – but on the second raid two a/c were shot down over target by Bf 109Ts of JG77 – becoming the first of thousands of Flying Fortresses to be lost in combat in the ETO during WW2. The author describes the lessons learned from these operations and it becomes evident that the problems experienced by 90 Squadron using the aircraft as a unescorted high-altitude daylight bomber clearly reinforced the conviction of the RAF that night bombing was and would remain the better choice for bombing targets in occupied Europe & Germany.
The RAF having placed orders for 300 B17E & F models, also intended to be utilised as bombers explains why, with the onset of autumn/winter and worsening weather conditions, the decision was made to see if the Fortress could be useful as a bomber in the Middle East. In October four planes were detached to Egypt – but between then and May 1942 only eight sorties were flown with little success. These aircraft were then flown on to India and handed back to the USAAF.
In England operational training continued, though by December the aircraft were being used to train Coastal Command crews. The RAF had finally decided that the long-range of the Boeing B17 would be better suited to the Coastal Command rôle as British manufacturers were supplying all the aircraft necessary for and better suited to the RAF conception of a bombing offensive-

220 Squadron Coastal Command took over the remaining Fortress Mk.1s from 90 Squadron upon the latter’s disbandment in February 1942. Up to July 1942 – nearly forty sorties were successfully flown comprising convoy escorts and ASR missions. These missions closed the active career of the RAF Fortress Mk 1. The author explains the historical importance of the British experience with the Fortress Mk1 to the RAF and notes that potentially important lessons were ignored by the USAAF.

In the accustomed style of “Allied Wings”, tables provide clear listings of ; technical data, aircraft deliveries and strengths on charge, sorties flow, bases used, operational claims, aircraft lost on operations and by accident (with full crew details), usage of each airframe, sorties completed per a/c and a closing Roll of Honour for the forty aircrew of four nations who lost their lives flying the Fortress Mk.1. A useful tabular abbreviated ORB for the missions flown on type by 220 Squadron is given – but not for 90 Squadron.

One colour and thirty-four b/w photographs show many aircraft as well as inside views and airframe detail. Three quality full page colour profiles by Malcolm Laird display the camouflage worn by 90 Squadron in Europe, the Middle East and by 220 Squadron. Two pages of maps show the airbases used in both theatres.

Boeing Fortress Mk. 1, costing a mere 13,5 € – is recommended to enthusiasts of the B17, to all those interested in RAF operations and to any modeller contemplating building a kit of this aircraft.

Graham Warrener


56 pages, 17 x 24,5 cm, softcover
around 30 photos

- In English
- Allied Wings collection


Ce livre est le septième numéro de la collection Allied Wings, et le premier à parler d’un quadrimoteur, en l’occurrence les 20 B-17C achetés par la RAF en 1940 aux États-Unis, alors encore officiellement neutres. Ils recevront la dénomination de Fortress Mk.I.

La genèse du B-17 est traitée dans l’introduction de manière concise, et il est expliqué par la suite comment la RAF a pu finalement obtenir quelques B-17C provenant des stocks de l’USAAC. En fait, les Américains, comme les Britanniques furent curieux d’expérimenter les bombardements à haute altitude. Les Britanniques étaient suffisamment confiants quant aux futurs résultats pour que des B-17E et B-17F aient été commandés en nombre. De ce fait, la RAF est devenue la première force aérienne à utiliser le B-17 en opérations, ce qui est souvent oublié quand on pense au B-17 Flying Fortress en général.

Le chapitre suivant traite des unités qui ont mis en œuvre le Fortress Mk.I. Le N°90 Squadron appartenant au N°2 Group a été reformé uniquement pour tester le Fortress Mk.I en opérations, ce qu’il a fait entre mai 1941 et février 1942. Par la suite, c’est le N°220 Squadron, du Coastal Command qui a employé quelques exemplaires entre février et juillet 1942.
Le Fortress Mk.I a constitué une avancée technologique pour la RAF, à bien des égards, comparé à ce qui était en service à l’époque au sein de la RAF. Malheureusement, des problèmes techniques ont jalonné l’emploi du Fortress Mk.I. De plus, utiliser des avions à haute altitude et de jour a constitué un nouveau défi pour les équipages de la RAF et, de ce fait, les navigants comme le personnel au sol ont dû gérer des problèmes auxquels ils ne s’étaient pas attendus.

L’escadron va mettre trois mois pour devenir opérationnel et va connaître son premier accident en raison d’un problème de givrage rencontré à très haute altitude, problème récurrent qui va perturber les futures opérations aériennes. Ce problème va aussi être doublé d’un autre : le bombardement effectué au-dessus de la couche nuageuse.
Les premières sorties opérationnelles intervinrent en juillet 1941. Ces premières sorties (Whilhemshaven, Berlin, Brest) sont racontées dans le détail. Le mois suivant, ce furent les premiers combats avec la Luftwaffe qui démontrèrent que le Fortress Mk.I était capable de se défendre… quand les mitrailleuses ne gèlaient pas. Les nombreux problèmes techniques et les conditions météorologiques empêchèrent le Fortress Mk.I de réussir la plupart de ses missions.

En septembre 1941, le N°90 Squadron va connaître ses pires revers lors d’un raid sur Oslo, où deux avions sont abattus par la chasse allemande, les deux premiers B-17 d’une longue liste perdus en opérations sur le théâtre européen.
L’auteur décrit les leçons apprises à partir des maigres résultats enregistrés et en conséquence, la RAF a été encore plus convaincue de continuer de bombarder de nuit plutôt que d’envoyer des bombardiers sans escorte de jour au dessus de l’Europe occupée. Du fait des mauvaises conditions météo sévissant en Europe du nord en automne, un détachement de Fortress est envoyé au Moyen-Orient, cette fois encore sous supervision américaine, mais là également, le succès ne sera pas au rendez-vous.
Pour les avions restés en Grande-Bretagne, l’entraînement a continué et, en décembre 1941, ce sont les équipages du Costal Command qui commencèrent à s’entraîner sur le Fortress Mk.I. En effet, la RAF après le peu de réussite du Fortress Mk.I en tant que bombardier, décide alors de les employer comme avion de patrouille maritime. Ainsi, le N°220 Squadron prend en compte les avions restants suite à la dissolution du N°90 Squadron. Jusqu’en juillet 1942, une quarantaine de sorties vont être réalisées avant que le Fortress Mk.I soit remplacé par des versions ultérieures du B-17.

L’auteur explique l’importance historique de cet avion au sein de l’arsenal de la RAF et note que les informations glanées par la Britanniques ont été ignoré par l’USAAF.

Dans le style de cette collection, différents tableaux fournissent des informations claires sur les caractéristiques techniques, les livraisons des appareils, les revendications des victoires aériennes, les pertes au combat et par accident (avec le détail des membres d’équipage), les sorties réalisées, et pour terminer la liste des hommes appartenant à quatre nationalités (dont deux Américans) ayant perdu la vie en volant à bord d’un Fortress Mk.I. Un dernier tableau donne le détail des missions réalisées par le N°220 Squadron, mais ce tableau est cependant absent pour le N°90 Squadron.

Une photo en couleur et 34 autres en noir et blanc montrent plusieurs avions ainsi que l’intérieur de l’appareil. Trois pages de profils couleur réalisés par Malcolm Laird sont aussi publiés. Il y a aussi deux cartes qui montrent où a été basé le Fortress Mk.I au cours de sa carrière opérationnelle.

Cet ouvrage est disponible au prix de 13.50 €, et est bien entendu recommandé à tous ceux qui s’intéressent au Boeing B-17, ainsi que ceux qui s’intéressent à la RAF, sans oublier les maquettistes qui voudraient réaliser un kit de cet avion.

Graham Warrener


36 pages, 17 x 24,5 cm, couverture souple
- En anglais
- Collection Allied Wings


 

Références:

Boeing Fortress Mk.I
Allied Wings N°7
Phil H. Listemann

Phil Listemann Publisher

ISBN : 978-2-9532544-2-6

13,50 €







Éditeur et auteur

Coordonnées de l'éditeur :
- Philedition


Autres ouvrages du même éditeur
- Air Crash 1990-1999
- AirCrash 1975
- AirCrash 2000-2009
- Boulton Paul Defiant (part 1)
- Curtiss F11C/BFC & BF2C
- Grumman FF
- Grumman SF
- Hawker Fury [Part 1]
- Martin Marauder Mk.I
- No. 133 (Eagle) Squadron 1941-1942
- No. 137 Squadron 1941-1945
- No. 146 Squadron 1941-1945
- No. 441 (RCAF) Squadron 1944-1945
- No. 452 (RAAF) Squadron 1941-1945
- Northrop BT-1
- N°. 121 (Eagle) Squadron 1940-1942
- N°. 71 (Eagle) Squadron 1940-1942
- N°.310 (Czechoslovak) Squadron
- N°.312 (Czechoslovak) Squadron
- N°.453 (R.A.A.F.) Squadron
- N°.457 (RAAF) Squadron 1941-1945
- N°.485 (N.Z.) Squadron 1941-1945
- N°.501 Squadron 1939-1945
- N°128 Squadron 1941-1945
- N°131 (County of Kent) Squadron 1941-1945
- N°168 Squadron 1942-1945
- N°309 (Polish) Squadron 1940-1947
- N°443 (RCAF) Squadron 1944-1946
- Short Singapore III
- Spitfire Mk.V in the Far East
- Spitfire Mk.VI
- Supermarine Spitfire F.24
- Supermarine Spitfire Mk.XII
- The Curtiss SB2C in French service
- The Dauntless in RNZAF service
- The North American B-25 in RAAF service
- Thunderbolt Mk.I.
- USN Aircraft 1922-1962 [1]
- USN Aircraft 1922-1962 [2]
- Westland Whirlwind

Autres ouvrages de Ph. Listemann
- Boulton Paul Defiant (part 1)
- Curtiss F11C/BFC & BF2C
- Grumman FF
- Grumman SF
- Hawker Fury [Part 1]
- Martin Marauder Mk.I
- No. 133 (Eagle) Squadron 1941-1942
- No. 146 Squadron 1941-1945
- No. 441 (RCAF) Squadron 1944-1945
- No. 452 (RAAF) Squadron 1941-1945
- Northrop BT-1
- N°. 121 (Eagle) Squadron 1940-1942
- N°.310 (Czechoslovak) Squadron
- N°.312 (Czechoslovak) Squadron
- N°.457 (RAAF) Squadron 1941-1945
- N°.485 (N.Z.) Squadron 1941-1945
- N°.501 Squadron 1939-1945
- N°.71 (Eagle) Squadron 1940-1942
- N°128 Squadron 1941-1945
- N°131 (County of Kent) Squadron 1941-1945
- N°168 Squadron 1942-1945
- N°309 (Polish) Squadron 1940-1947
- N°443 (RCAF) Squadron 1944-1946
- Spitfire Mk.VI
- Supermarine Spitfire F.24
- Supermarine Spitfire Mk.XII
- Supermarine Spitfire
Mk VI à IX et Mk XVI
Tome 2

- Supermarine Spitfire
MkI - MkII - MkV
Tome I

- The Dauntless in RNZAF service
- Thunderbolt Mk.I.
- Westland Whirlwind

Rechercher sur ce site:

À ce jour dans l'Aérobibliothèque : 3274 publications.

Accueil
Tout le site par rubriques
Redaction et Admin (mot de passe)
Accueil |
Recherche
|Plan |
Contact
 


Responsable légal : Philippe Ballarini

Collaborateurs (permanents ou épisodiques) :

E. Ballarini, Ph. Bauduin, H. Bernard, Ph. Boulay, F. Brignoli, Th. Couderc, R. Feeser, P-C. Got, H. Guyot, B. Hugot, T. Larribau, J. Leclercq, Th. Le Roy, D. Liron

Ph. Listemann, F. Marsaly, P-F. Mary, Th. Matra, F. Mée, C. Micelli, B. Palmieri, F. Ribailly, Ph. Ricco, G-D. Rohrbacher, J. Schreiber, P. Villatoux, J-N. Violette, G. Warrener
Les recensions, critiques et chroniques publiées dans l'Aérobibliothèque sont la propriété de l'Aérobibliothèque et sont protégées par la loi du 1er juillet 1992.
Toute publication dans un autre espace internet ou sur un document imprimé doit faire l'objet d'un accord préalable de l'Aérobibliothèque et de l'auteur du texte concerné.
ooooooo
Ce site Spip est une réalisation Evelyne Marsura © 2001