Restez informés

  

Suivez-nous !

  

 

Accueil | Nouveautés commentées | Nouveautés en lecture | Coups de coeur | À paraître | Magazines | Annuaire | Forums

 


Thèmes | Collections | Entretien avec ... | Comment commander | Comment paraître | Boîte à outils | Qui sommes-nous ?

Entre nous, vous voyez-vous avec un ordinateur portable en guise de livre de chevet ?

 Notre partenaire :

Livreaero.fr


Vous êtes ici : Bandes dessinées

mise en ligne: mardi 22 novembre 2016



Saint-Exupéry [1]
Le seigneur des sables

Pierre-Roland Saint-Dizier & Cédric Fernandez

 
   

 

 

Latécoère, puis l’Aéropostale, sont des éléments essentiels de l’histoire de l’aviation, transformant en aventure quotidienne des domaines de vol — désert, nuit, montagne, océan… — qui étaient l’année précédente réservés aux raids les plus audacieux ; on ne compte logiquement plus les ouvrages présentant cette épopée. Dans cette compagnie, un certain Antoine de Saint-Exupéry fut mécanicien, pilote et chef d’escale (rôle mêlant logistique, organisation, autorité, secours et diplomatie) ; il fut surtout auteur, laissant un témoignage de première main de son activité. Tout aussi logiquement, il a lui-même fait l’objet d’un nombre incalculable d’ouvrages, qu’il s’agisse de biographies détaillées comme celle de Bernard Marck ou bien d’évocations poétiques à la Hugo Pratt.

La présente bande dessinée se situe un peu entre les deux. Elle raconte la vie du pilote de son arrivée à la compagnie Latécoère en 1926 à son départ du cap Juby en 1929. Cette période est détaillée par l’abondante correspondance que Saint-Exupéry entretenait avec ses proches restés en France et elle lui inspira Courrier sud et certains passages de Terre des hommes : le scénariste Pierre-Roland Saint-Dizier s’est largement basé sur ces éléments pour fournir un récit historiquement correct, tout en s’attardant sur son personnage, ses pensées, ses rêveries face à l’océan ou au désert. L’ensemble est une évocation très valorisante pour Saint-Exupéry mais pas pour autant malhonnête ; c’est également un récit prenant, avec une pointe d’humour et une dose de tension. Nous regrettons un peu les emprunts directs à Terre des hommes et aux correspondances, tant la langue écrite paraît lourde une fois copiée dans un phylactère, mais l’ensemble fait preuve d’un bel équilibre.

Sur le plan graphique, Cédric Fernandez adopte un trait léger et élégant, faisant merveille sur certains portraits et capable d’un dynamisme appréciable, notamment lorsqu’il peint les animaux du désert ou Jean Mermoz tombant de sa chaise. Les plus exigeants regretteront une poignée de perspectives hasardeuses, mais rares sont ceux qui ont trouvé un si bel équilibre entre expressivité des visages et réalisme du trait. La mise en couleurs de Franck Perrot peine un peu à distinguer intérieurs et extérieurs, mais elle réussit parfaitement à poser ses ambiances et explose véritablement sous le soleil saharien. Dans l’ensemble, le graphisme est donc en accord avec le scénario, tirant vers le réalisme tout en préservant une part de beauté presque onirique.

Il y a cependant un point noir que nous ne pouvons ignorer : les immatriculations des appareils. Sans pousser jusqu’à consulter les registres pour vérifier qu’il s’agisse bien des avions de l’Aéropostale, les auteurs auraient au moins pu s’assurer de la cohérence interne au récit. En page 20, Saint-Exupéry et Riguelle volent sur le Breguet 14 F-ALXE mais, deux minutes plus tard, c’est sur F-AECS qu’ils s’écrasent. De même, le Latécoère 26 F-AJGL en p.45 devient F-AJGJ en p.47… Comble de la confusion : sur la dernière case de la page 21, F-AECS est à la fois brisé au sol et indemne en vol ! Il est totalement incompréhensible qu’une absurdité aussi manifeste ait pu parvenir jusqu’à l’imprimeur dans une grande maison comme Glénat. Quant aux plus pinailleurs des lecteurs, ils se demanderont pourquoi Saint-Exupéry épaule comme un gaucher alors qu’il est droitier, mais il s’agit là d’un péché véniel.

Cela ne doit pas vous détourner de l’ouvrage : dans l’ensemble, ce Seigneur des sables est une bande dessinée prenante, à la fois historiquement correcte, agréable à lire et graphiquement réussie, qui trouve un bel équilibre entre réalisme et poésie. Il conviendra juste, pour la prochaine édition, de réviser les immatriculations…

Franck Mée


26 pages, 24 x 32 cm, cartonné
0,640 kg

- La série "Saint-Exupéry"


Saint-Exupéry [1]

Avec l’aimable autorisation des
© Editions Glénat

Saint-Exupéry [1]

Avec l’aimable autorisation des
© Editions Glénat


 

Références:

Saint-Exupéry [1]
Le seigneur des sables
Pierre-Roland Saint-Dizier & Cédric Fernandez

Glénat

ISBN 978-2-344-00226-1

14,50 €






Ce livre est classé :

Thématique


Éditeur et auteur

Coordonnées de l'éditeur :
- Glénat


Autres ouvrages du même éditeur
- L’Alpe n°52 avril-mai-juin 2011
- Les ailes du silence
- Saint-Exupéry [2]

Rechercher sur ce site:

À ce jour dans l'Aérobibliothèque : 3240 publications.

Accueil
Tout le site par rubriques
Redaction et Admin (mot de passe)
Accueil |
Recherche
|Plan |
Contact
 


Responsable légal : Philippe Ballarini

Collaborateurs (permanents ou épisodiques) :

E. Ballarini, Ph. Bauduin, H. Bernard, Ph. Boulay, F. Brignoli, Th. Couderc, R. Feeser, P-C. Got, H. Guyot, B. Hugot, T. Larribau, J. Leclercq, Th. Le Roy, D. Liron

Ph. Listemann, F. Marsaly, P-F. Mary, Th. Matra, F. Mée, C. Micelli, B. Palmieri, F. Ribailly, Ph. Ricco, G-D. Rohrbacher, J. Schreiber, P. Villatoux, J-N. Violette, G. Warrener
Les recensions, critiques et chroniques publiées dans l'Aérobibliothèque sont la propriété de l'Aérobibliothèque et sont protégées par la loi du 1er juillet 1992.
Toute publication dans un autre espace internet ou sur un document imprimé doit faire l'objet d'un accord préalable de l'Aérobibliothèque et de l'auteur du texte concerné.
ooooooo
Ce site Spip est une réalisation Evelyne Marsura © 2001