Restez informés

  

Suivez-nous !

  

 

Accueil | Nouveautés commentées | Nouveautés en lecture | Coups de coeur | À paraître | Magazines | Annuaire | Forums

 


Thèmes | Collections | Entretien avec ... | Comment commander | Comment paraître | Boîte à outils | Qui sommes-nous ?

Entre nous, vous voyez-vous avec un ordinateur portable en guise de livre de chevet ?


Vous êtes ici : Bandes dessinées

mise en ligne: mardi 9 janvier 2018



L’Oiseau blanc

Pascal Bresson - Éric Drèze - André Taymans

 
   

 

 

La vie d’aérobibliothécaire n’est pas toujours facile, et il est des livres délicats à évaluer. Prenez cet Oiseau blanc, arrivé en cette fin 2017.
Il y a d’abord la promesse : en guise de présentation, sur le site de son éditeur, un texte du scénariste, Pascal Bresson, expliquant que « cette bande dessinée, pertinente, une enquête digne de Sherlock Holmes, apporte de nouveaux éléments, de nouveaux témoignages », avant d’affirmer que l’Oiseau blanc est arrivé entre Terre-Neuve et Saint-Pierre et de conclure : « Charles Nungesser et François Coli ont été privés de leur gloire posthume… »

Devons-nous juger cette promesse, une réécriture récente de l’Histoire visant à faire des Français les vainqueurs de l’Atlantique (ce qu’Alcock, Brown, Coutinho, Cabral et consorts apprécieraient particulièrement) ? Tant que les restes de l’Oiseau blanc n’auront pas été retrouvés, aucune conviction ne pourra dépasser l’unique réelle certitude : il a disparu quelque part entre le Royaume-Uni et l’Amérique. La présentation, affirmative et sans nuance, est donc malhonnête.

L'Oiseau blanc

Surprise : la dernière séquence, c’est le décollage de l’Oiseau blanc du Bourget !


Mais la bande dessinée, elle, ne dit rien de cela : il s’agit d’une biographie romancée à la gloire de Charles Nungesser, commençant en 1923 lors de sa tournée d’exhibitions américaines et se terminant le 8 mai 1927, au franchissement des falaises d’Étretat.

D’un côté, il nous faut donc avertir le lecteur qui s’attendrait à découvrir une enquête moderne : la présentation est fausse. Mais d’un autre côté, il faut saluer ce cas rare : malgré ses libertés romanesques, l’œuvre est infiniment plus honnête que le résumé ne le laisse penser. Nous serions même tentés de la qualifier d’excellente surprise !

Quant à savoir pourquoi l’éditeur a choisi de publier une présentation sans rapport avec l’ouvrage, cela restera notre point d’interrogation…

L'Oiseau blanc

Les fans d’André Taymans et Erwin Drèze retrouveront avec plaisir leur ligne classique, précise et lisible, assortie d’une mise en couleur dynamique de Minte.


Enfin, si nous jugeons la bande dessinée et elle seule, hors de tout contexte, ce n’est qu’à peine plus simple.

D’une part, elle regorge de qualités : c’est un récit héroïque classique, au découpage précis et au rythme enlevé, qui tient son lecteur en haleine d’un bout à l’autre. Les graphismes associent classicisme assumé, dynamisme et lisibilité, collant parfaitement à la tonalité de la narration et assurant une lecture agréable.

Mais Bresson en fait parfois trop : certains passages sont un peu verbeux, des séquences sont tirées par les cheveux et, surtout, il n’hésite pas à tordre la vérité historique. Ainsi, il place la rencontre entre Bellot et Nungesser dans une bagarre de bistrot dans le Wyoming en 1924 ; or, tous deux anciens de la "65", ils ont commencé la tournée américaine ensemble.

L'Oiseau blanc

Un pygargue qui s’en prend à un avion, cela tient déjà de la légende urbaine.
Mais qu’il ait l’intelligence d’identifier que, dans cette machine, c’est le casque du pilote qu’il faut attaquer ?…


Il faut également signaler des approximations coupables : s’il existe bien un film intitulé Sky raiders (évoqué p.16), il n’est sorti qu’en 1931 et n’a rien à voir avec The sky raider, où jouait Nungesser. Quant à l’évocation de la « tribu des ‘White Birds’ » p.34, elle pourrait vexer bien des Nez-Percés, tribu dont White Bird était un des plus célèbres chefs. Le dessin souffre lui aussi de quelques défauts de documentation : on voit ainsi un Potez 25 classique, à moteur en ligne, avec son gros radiateur d’eau derrière l’hélice, quand les personnages viennent justement d’expliquer que leur appareil a été spécialement équipé d’un moteur Gnome et Rhône refroidi par air…

Nous voilà donc aux prises avec une promesse douteuse, heureusement non tenue : au lieu d’une théorie discutable, il s’agit d’une évocation historique menée tambour battant. Le récit rythmé et haletant est soutenu par un graphisme réussi et l’ensemble est prenant. Il est du coup d’autant plus dommage que la vérité historique soit parfois sacrifiée sans nécessité et que des erreurs manifestes se soient glissées dans certains passages…

Franck Mée


64 pages, 24 × 32 cm, cartonné
0,668 kg


Avec l’aimable autorisation des © Éditions Paquet


 

Références:

L’Oiseau blanc


Pascal Bresson - Éric Drèze - André Taymans

Éditions Paquet

ISBN 978-2-88890-779-4

16 €






Ce livre est classé :


Éditeur et auteur

Coordonnées de l'éditeur :
- Paquet


Autres ouvrages du même éditeur
- 103e escadre de chasse
- Angel Wings Tome 1
- Angel Wings Tome 2
- Angel Wings Tome 3
- Angel Wings Tome 4
- Au-delà des nuages [1&2]
- Au-delà des nuages [1] Duels
- Au-delà des nuages [2]
- Bombroad #1
- Bombroad #2
- Bombroad #3
- Bravo pour l’aventure
- Catalina mon amour
- Ciel de guerre [Tome 1/4]
- Ciel de guerre [Tome 2/4]
- Ciel de guerre [Tome 3/4]
- Ciel de guerre [Tome 4/4]
- Ciel en ruine [1]
- Ciel en ruine [2]
- Ciel en ruine [3]
- Ciel en ruine [4]
- Ciel en ruine [5]
- Cockpits
- Hélène Boucher, l’étoile filante
- Hellship
- Japanese Interceptors 1945
- King Richard
- L’armée de l’ombre [1/4]
- L’armée de l’ombre [2/4]
- L’armée de l’ombre [3/4]
- L’armée de l’ombre [4/4]
- L’as de l’aviation
- L’aviatrice [Tome 1]
- L’aviatrice [Tome 2]
- Le bombardier blanc
- Le courrier de Casablanca [2/2]
- Le courrier de Casablanca [Tome 1/2]
- Le grand duc [1]
- Le grand duc [2]
- Le grand duc [3]
- Le passeur
- Le pilote à l’edelweiss [1/3]
- Le pilote à l’edelweiss [2/3]
- Le pilote à l’edelweiss [3/3]
- Le pilote à l’edelweiss [Intégrale]
- Le pouvoir des Atlantes 1/2
- Le premier vol d’Oscar
- Le temps des hélices
- Le vol du Concorde
- Les ailes du singe #1
- Les ailes du singe #2
- Lieutenant Mac Fly
- Malouines
- Misty Mission #1
- Misty Mission #2
- Misty Mission #3
- Perinotto Artbook #1
- Perinotto Artbook #2
- Perinotto Artbook #3
- Pin-up Wings Tome 1
- Pin-up Wings Tome 2
- Pin-up Wings Tome 3
- Pin-up Wings Tome 4
- Speedbirds #1.1
- Speedbirds #1.2
- Speedbirds 2
- Tucker - Tome 1 : Les derniers jours de Zapata
- Typhoon [Tome 1/2]
- Typhoon [Tome 2/2]
- Un cri dans le ciel bleu
- Un jour de mai
- Un solo qui décoiffe !

Rechercher sur ce site:

À ce jour dans l'Aérobibliothèque : 3454 publications.

Accueil
Tout le site par rubriques
Redaction et Admin (mot de passe)
Accueil |
Recherche
|Plan |
Contact
 


Responsable légal : Philippe Ballarini

Collaborateurs (permanents ou épisodiques) :

E. Ballarini, Ph. Bauduin, H. Bernard, R. Biaux, Ph. Boulay, F. Brignoli, Th. Couderc, R. Feeser, P-C. Got, H. Guyot, B. Hugot, T. Larribau, J. Leclercq, Th. Le Roy, D. Liron

Ph. Listemann, F. Marsaly, P-F. Mary, Th. Matra, F. Mée, C. Micelli, B. Palmieri, F. Ribailly, Ph. Ricco, G-D. Rohrbacher, J. Schreiber, P. Villatoux, J-N. Violette, G. Warrener
Les recensions, critiques et chroniques publiées dans l'Aérobibliothèque sont la propriété de l'Aérobibliothèque et sont protégées par la loi du 1er juillet 1992.
Toute publication dans un autre espace internet ou sur un document imprimé doit faire l'objet d'un accord préalable de l'Aérobibliothèque et de l'auteur du texte concerné.
ooooooo
Ce site Spip est une réalisation Evelyne Marsura © 2001