Restez informés

  

Suivez-nous !

  

 

Accueil | Nouveautés commentées | Nouveautés en lecture | Coups de coeur | À paraître | Magazines | Annuaire | Forums

 


Thèmes | Collections | Entretien avec ... | Comment commander | Comment paraître | Boîte à outils | Qui sommes-nous ?

Entre nous, vous voyez-vous avec un ordinateur portable en guise de livre de chevet ?

 

 

 

 


Vous êtes ici : Récits et romans

mise en ligne: mardi 24 janvier 2017



L’aviateur perdu
L’histoire vraie d’une évasion
sous l’Occupation nazie en France

Seth Meyerowitz et Peter F. Stevens

 
   

 

 

En 2012 est apparu sur la toile un site dédié au sergent Arthur Meyerowitz. Il était le reflet des recherches entreprises par son petit-fils Seth qui ne l’a pas connu. À l’aide des documents qu’Arthur Meyerowitz avait gardés de sa carrière aéronautique et des lettres échangées après guerre avec les Français qui l’aidèrent à s’échapper, l’auteur recomposa patiemment le puzzle de ce grand-père volontaire et déterminé qui força à plusieurs reprises le destin.

Seth Meyerowitz fut aidé en cela par un Français, lui-même fils d’un des principaux protagonistes de cette (modeste) épopée. Le paradoxe est que ce récit a bien failli s’évaporer à tout jamais, car Arthur Meyerowitz, mort assez jeune, en parla assez peu à son petit-fils, essentiellement en raison de la différence d’âge et du caractère pénible de cet épisode.

Passons sur les quelques approximations de la traduction* et retenons que cette trajectoire — loin d’être celle dont pouvait rêver le jeune Arthur ― lui a fait rencontrer des hommes et des femmes peu ordinaires ; que ce soit ceux de la Résistance dont il vient perturber les activités (mais sans freiner en rien leurs stupéfiants coups de mains), mais aussi les autres aviateurs (son équipage ou celui de la RAF rencontré lors du passage des Pyrénées avec qui il se lie d’amitié). Proportionnellement, le parcours espagnol est un peu pauvre mais sa brièveté explique que les contacts de l’aviateur en fuite ne furent que superficiels, ce qui rend la reconstitution moins fouillée.

De façon très classique, l’épilogue évoque le sort des principales figures de ce livre très vivant en dépit des nombreuses victimes de cette aventure. Nous y notons d’ailleurs une inexactitude concernant le pilote britannique décédé en 1953 aux commandes d’un Vampire (et non d’un "avion expérimental particulièrement instable") erreur que nous excuserons. D’autant que le récit maîtrise avec bonheur une chronologie par à-coups grâce à une plume qui sait équilibrer les moments forts avec ceux des planques requérant immobilité et discrétion, soulignant combien cela est pénible à un homme blessé par son saut en parachute. Tout juste regrettons-nous que le passage de la haute-montagne ne souligne pas assez combien à l’époque un tel acte était bien différent de ce que nous pouvons connaître aujourd’hui (vêtements plus légers et efficaces, nourriture abondante et adaptée, réseau routier développé… sans compter l’interdiction de faire du feu pour ne pas se faire repérer par les patrouilles).

Alors qu’un projet audiovisuel est envisagé, il serait dommage que vous vous priviez de ce livre qui démontre combien le désintéressement tissa des liens si forts qu’ils ont perduré par delà les générations et les aléas de la politique internationale. Ne manquant pas d’épisodes haletants et de rebondissements, cette mission qui dura plus d’un semestre intéressera également les amateurs d’histoire plus classique par le long séjour au sein d’un des plus fameux réseaux de Résistance.

François Ribailly


NDLA : *approximations de la traduction : on s’en amuse tant que cela ne confine pas au ridicule lorsqu’est traduit le nom d’une décoration américaine (Ira-t-on un jour jusqu’à parler de Nouvelle York ou de Saint François pour évoquer de grandes métropoles américaines ?)


280 pages, 15,3 x 24 cm, broché
0,432 kg

Traduit de l’américain par Anne Svendsen
Titre original : The lost aviator (Peter F. Stevens Publishing 2016)


 

Références:

L’aviateur perdu
L’histoire vraie d’une évasion
sous l’Occupation nazie en France
Seth Meyerowitz et Peter F. Stevens

JPO Éditions

ISBN 978-2-37301-042-8

24,35 €






Ce livre est classé :


Éditeur et auteur

Coordonnées de l'éditeur :
- JPO


Autres ouvrages du même éditeur
- Au service de l’espoir
- Catalina
- Cauchemar en Afghanistan
- Commandos du ciel
- De l’Alaska à l’Oural
- Erreurs de pilotage 10
- Erreurs de pilotage n°8
- Erreurs de pilotage [9]
- Femme pilote de l’armée de l’air
- Hell’s Angels
- L’enfer dans les cieux
- Le pilote et l’otage
- Mes ailes
- Métiers de l’aéronautique
- N’ayez plus peur de l’avion
- Objectif sécurité
- Panne au-dessus de l’Atlantique
- Pilote de chasse
- Pilote de Crusader
- Pilote de MiG 21
- Pilotes du Normandie-Niemen
- Préparer et réussir le test en vol du PPL(A)
- Radio Cockpit
- Sauvetage en mer
- Spacewalker, sorties dans l’espace
- The A380 Flight Test Campaign
- Tout savoir sur les drones
- Vécu entre ciel et terre

Rechercher sur ce site:

À ce jour dans l'Aérobibliothèque : 3218 publications.

Accueil
Tout le site par rubriques
Redaction et Admin (mot de passe)
Accueil |
Recherche
|Plan |
Contact
 


Responsable légal : Philippe Ballarini

Collaborateurs (permanents ou épisodiques) :

E. Ballarini, Ph. Bauduin, H. Bernard, Ph. Boulay, F. Brignoli, Th. Couderc, R. Feeser, P-C. Got, H. Guyot, B. Hugot, T. Larribau, J. Leclercq, Th. Le Roy, D. Liron

Ph. Listemann, F. Marsaly, P-F. Mary, Th. Matra, F. Mée, C. Micelli, B. Palmieri, F. Ribailly, Ph. Ricco, G-D. Rohrbacher, J. Schreiber, P. Villatoux, J-N. Violette, G. Warrener
Les recensions, critiques et chroniques publiées dans l'Aérobibliothèque sont la propriété de l'Aérobibliothèque et sont protégées par la loi du 1er juillet 1992.
Toute publication dans un autre espace internet ou sur un document imprimé doit faire l'objet d'un accord préalable de l'Aérobibliothèque et de l'auteur du texte concerné.
ooooooo
Ce site Spip est une réalisation Evelyne Marsura © 2001