Suivez-nous !

  

 

Accueil | Nouveautés commentées | Nouveautés en lecture | Coups de coeur | À paraître | Magazines | Annuaire | Forums

 


Thèmes | Collections | Entretien avec ... | Comment commander | Comment paraître | Boîte à outils | Qui sommes-nous ?

Entre nous, vous voyez-vous avec un ordinateur portable en guise de livre de chevet ?


mise en ligne: vendredi 10 mai 2019



L’Aéronautique maritime dans la Grande Guerre

Robert Feuilloy et Lucien Morareau

 
   

 

 

Cet ouvrage résulte du groupement des cinq cahiers annuels successifs édités par l’Ardhan de 2014 à 2018, avec le soutien de la commission du centenaire de la Grande Guerre. Il remplace opportunément le livre Ardhan n° 10, édité en 19995 maintenant épuisé, dont le sujet était limité à l’Aviation maritime française pendant la Grande Guerre. Cette fois, c’est l’ensemble de l’Aéronautique maritime qui est couvert avec ses deux composantes : l’Aviation maritime (les plus lourds que l’air) et l’Aérostation maritime (les plus légers que l’air).

Au début de la guerre, l’Aviation maritime est très modeste. Elle compte 26 pilotes et 14 hydravions. Deux escadrilles sont mises en place à Bonifacio en août et à Nice d’août à novembre, afin de surveiller l’attitude des forces italiennes dont la neutralité est vacillante. Une escadrille de Nieuport est envoyée à Port-Saïd, en novembre 1914 menant jusqu’en avril 1916, des missions le long des côtes de Palestine et en Mer rouge, pour surveiller et attaquer les forces turques qui menacent le canal de Suez. En janvier 1915, deux escadrilles sont créées à Dunkerque. Elles y coopèrent avec l’Aviation militaire sur le front des Flandres. À la demande de l’Italie, une escadrille d’hydravions est installée en juin 1915 à Venise et elle intervient à plusieurs reprises contre des navires et des sous-marins autrichiens, jusqu’en avril 1917.

L’Aérostation maritime reçoit ses premiers dirigeables en décembre 1915. Ils sont chargés de lutter contre les sous-marins, en coopération avec les hydravions. Les dirigeables de l’Armée sont transférés à la Marine en 1916 et 1917. Quant aux ballons captifs, munis d’une nacelle d’observation et remorqués par de petits bâtiments, ils apparaissent en avril 1917 et sont chargés du repérage de mines en zone côtière. C’est à partir de 1917 que l’Aéronautique maritime va se développer considérablement dans la lutte anti-sous-marine. Les sous-marins allemands constituent pour la France et ses alliés une très grave menace, si bien que le ministre de la Marine crée, en juin 1917, une Direction générale de la guerre sous-marine à laquelle sont subordonnés tous les moyens navals et aériens concourant à la lutte contre les sous-marins ennemis. De très nombreux centres d’hydravions, de dirigeables et de ballons captifs sont alors installés le long des côtes de France et d’Afrique du Nord, en Grèce, au Portugal et même à Dakar. À la fin de la guerre, l’Aviation maritime aligne près de 700 hydravions des types FBA, Donnet-Denhaut, Tellier, Georges Lévy, Hanriot, sans compter plusieurs centaines d’autres en réserve. Au total l’Aviation maritime aura reçu près de 3000 appareils de 1910 à 1918. Ils sont répartis dans 36 centres comportant des postes de combat annexes. L’Aérostation maritime a en service plus de 200 ballons captifs répartis en 18 centres et 37 dirigeables sur 12 centres. Le personnel volant de l’Aviation maritime comprend 650 pilotes et 700 observateurs d’hydravions et d’avions et celui de l’Aérostation comprend 100 pilotes de dirigeables et 500 volants sur dirigeables ou captifs. L’ensemble des centres de l’Aéronautique maritime emploie 11 000 marins soit 7 % des effectifs de la Marine. L’Aéronautique maritime a considérablement gêné l’action sous-marine ennemie et ainsi remporté un véritable succès. C’est sa contribution première à la victoire.

Les auteurs :
Robert Feuilloy, né en 1944, est un ancien officier de marine, pilote de chasse embarquée. Il est secrétaire général de l’Ardhan depuis sa création en 1991. Membre de l’Académie de l’Air et de l’Espace.
Lucien Morareau, né en 1938, cadre de l’Industrie retraité. Il s’est spécialisé dans l’Histoire de l’Aviation maritime de 1910 à 1942. Il a écrit de nombreux livres et articles sur le sujet. Membre fondateur de l’Ardhan.

Communiqué de l’éditeur


400 pages, 21 x 29,7 cm, couverture cartonnée
1,390 kg


 

Références:

L’Aéronautique maritime dans la Grande Guerre


Robert Feuilloy et Lucien Morareau

ARDHAN

ISBN 978-2-913344-34-1

29 €







Éditeur et auteur

Coordonnées de l'éditeur :
- ARDHAN


Autres ouvrages du même éditeur
- Ailes Françaises en Amérique du Nord
- Capitaine de corvette Robert Giraud
1899-1940

- D’une guerre à l’autre dans l’aviation maritime
- De l’aviation maritime à Air France
- Des Ailes, des raquettes et du ciel
- Enfer au paradis
- Engagement de l’aviation embarquée en Indochine
(1947-1954)

- Haute et claire !
- Histoire des hélicoptères de l’Aéronautique navale
- L’Aéronautique Maritime en 1914
- L’Aéronautique Maritime en 1915
- L’Aéronautique Maritime en 1916
- L’Aéronautique Maritime en 1917
- L’Aéronautique Maritime en 1918
- L’Aviation Maritime
- L’Aéronautique navale au Centre d’Expérimentations du Pacifique
- L’Aéronautique Navale en Algérie
- L’Aéronautique Navale en Corse (1914-1993)
- L’Aéronautique Navale en Indochine
- L’Aéronautique Navale Française au Royaume-Uni
- L’Aéronautique Navale Française aux États-Unis
- L’aviation maritime française pendant la Grande Guerre
- L’escadrille 5B2 au Maroc
- L’hydravion Nord 1402 Noroît
- La base d’Aéronautique Navale de Berre
- La base d’Aéronautique Navale de Port-Lyautey
- La base-école de Khouribga
- La Flottille 2F en Afrique (1940-1953)
- La Flottille 4F
- Le Super Frelon SA321
Une épopée de 45 ans dans l’Aéronautique navale

- Les Aéronefs de l’Aviation Maritime
- Les dirigeables de la Marine française
- Les formations d’hélicoptères de l’Aéronautique navale [1]
- Les formations d’hélicoptères de l’Aéronautique navale [2]
- Mémorial de l’Aéronautique Navale (1910 -2010)
- Pilote d’hydravion malgré tout !
- Pilote de chasse et officier d’appontage
- Vol au vent marin

Autres ouvrages de L. Morareau
- Avions Hors-série n°31
- L’Aéronautique Maritime en 1914
- L’Aéronautique Maritime en 1915
- L’Aéronautique Maritime en 1916
- L’Aéronautique Maritime en 1917
- L’Aéronautique Maritime en 1918
- L’aviation maritime française pendant la Grande Guerre
- L’escadrille 5B2 au Maroc
- La base d’Aéronautique Navale de Berre
- Latécoère 298
- Le Loire 130
- Les Aéronefs de l’Aviation Maritime
- Les avions de Pierre Levasseur
- Mémorial de l’Aéronautique Navale (1910 -2010)

Autres ouvrages de R. Feuilloy
- L’Aéronautique Maritime en 1914
- L’Aéronautique Maritime en 1915
- L’Aéronautique Maritime en 1916
- L’Aéronautique Maritime en 1917
- L’Aéronautique Maritime en 1918
- L’Aéronautique Navale en Indochine
- L’aviation maritime française pendant la Grande Guerre
- La base d’Aéronautique Navale de Berre
- Le porte-avions Charles de Gaulle - Tome 1
- Les dirigeables de la Marine française

Rechercher sur ce site:

À ce jour dans l'Aérobibliothèque : 3789 publications.

Accueil
Tout le site par rubriques
Redaction et Admin (mot de passe)
Accueil |
Recherche
|Plan |
Contact
 


Responsable légal : Philippe Ballarini

Collaborateurs (permanents ou épisodiques) :

E. Ballarini, Ph. Bauduin, H. Bernard, R. Biaux, Ph. Boulay, F. Brignoli, Th. Couderc, R. Feeser, R. Françon, P-C. Got, H. Guyot, B. Hugot, T. Larribau, J. Leclercq, Th. Le Roy

D. Liron, Ph. Listemann, F. Marsaly, P-F. Mary, Th. Matra, F. Mée, C. Micelli, B. Palmieri, F. Ribailly, Ph. Ricco, G-D. Rohrbacher, J. Schreiber, J-N. Violette, G. Warrener
Les recensions, critiques et chroniques publiées dans l'Aérobibliothèque sont la propriété de l'Aérobibliothèque et sont protégées par la loi du 1er juillet 1992.
Toute publication dans un autre espace internet ou sur un document imprimé doit faire l'objet d'un accord préalable de l'Aérobibliothèque et de l'auteur du texte concerné.
ooooooo
Ce site Spip est une réalisation Evelyne Marsura © 2001