notre partenaire attend votre visite

Livreaero.fr

Presstalis : un communiqué de Michel Ledet (Lela Presse) - Aéroforums

retour au forum "Actualités"


Presstalis : un communiqué de Michel Ledet (Lela Presse)

de Philippe Ballarini (31/03/2018 11:01:32)


Bonjour,

Peut-être n'avez-vous pas tous suivi ce qui se passe au sujet de la diffusion française de la presse et des périodiques divers. En marge du magazine "Batailles aériennes" n°84; Michel Ledet publie un communiqué qui vous permettra de comprendre les tenants et aboutissants de cette lamentable affaire.
Bien évidemment, je vous demanderai de la modération dans vos éventuels commentaires : vous vous souvenez que nous ne sommes pas chez Tata Simone.

PB


Ces quelques lignes sont l’occasion pour moi de renouveler mon profond désarroi quant à ce qui est décidé pour soi-disant remettre sur pied la société distributrice Presstalis. Comme nous le craignions, nos dirigeants politiques ne font que suivre les recommandations de ceux-là même qui ont amené cette société au bord du dépôt de bilan, sans se demander pourquoi la société concurrente (MLP) se porte bien ni imaginer les dommages parfois irrémédiables que vont causer leurs décisions. Parmi les mesures adoptées, un prélèvement de 2,25% sur toutes nos ventes sera effectué sur une durée de quatre ans et demi et alors que nous avions reçu l’assurance de notre transfert vers les MLP au 9 juillet prochain, celui-ci est repoussé six mois plus tard. Comble de la malhonnêteté intellectuelle, malgré notre transfert, le prélèvement de 2,25% aura bien lieu sur la durée mentionnée. C’est juste comme si on faisait payer Renault pour la situation de Peugeot et vice et versa. Autre malhonnêteté, on vient mêler à cette débandade financière la Loi Bichet que l’on veut au mieux modifier ou purement et simplement supprimer. Cette loi présente pourtant un sacré avantage pour toutes les entreprises de presse françaises et même étrangères vendant en France car elle permet à tout organe de presse d’être distribué, ce quels que soient les opinions politiques et les sujets du support. On prête à la ministre de la culture des propos qui peuvent paraître bien inquiétants ; elle aurait en effet déclaré (nous utilisons le conditionnel), en substance, qu’il y aurait trop de revues en France et que toutes ne sont pas intéressantes. Si tel est le cas, comment jugera-t-on de l’intérêt d’une revue, d’un magazine ou d’un journal ? Je suis prêt à parier que les revues les plus rentables seront toutes « très intéressantes ». De même, que deviendront les journaux politiques publiant pour une minorité de nos concitoyens, de quelque bord que ce soit ? Dans un tel contexte et avec de telles « idées », il y a fort à parier que beaucoup d’entre nous sont appelés à disparaître. Comment ose-t-on mêler les effets de l’application de la Loi Bichet à la mauvaise gestion de Presstalis ? Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… Or, depuis des années, les « grands » de la presse ne cessent de réclamer la disparition pure et simple de cette loi soi-disant « démodée » et qui leur coûterait cher. Pour le moment, en tous cas, ce sont les quotidiens (publiés pour une grande majorité par des grands groupes) qui coûtent cher !

Nous ne prétendons pas que des réformes ne sont pas nécessaires mais si ce gouvernement s’attaque au démantèlement de la Loi Bichet, de nombreux emplois seront menacés de disparition, dans tous les secteurs concernés (presse, infographie, photographie, imprimerie, etc). Quelle culture pour nos enfants et petits enfants ? Les petites entreprises de presse ne génèrent certes pas de gigantesques profits mais elles font vivre beaucoup de monde. Or, si je ne m’abuse, la France a bien du mal à s’extirper du chômage récurrent dans lequel elle « baigne » depuis des décennies. Ce n’est certainement pas en supprimant des petites entreprises que la tendance s’inversera. Je ne sais si ce dossier présente un quelconque intérêt pour l’Europe mais depuis que les gouvernements français successifs fournissent de l’argent à Presstalis, ne s’agit-il pas là de subventions indues ? D’ailleurs, plusieurs éditeurs indépendants viennent de déposer une plainte pénale auprès du parquet national financier de Paris contre la Coopérative des Magazines (actionnaire à 75% des messageries) pour « présentation de faux bilans ».

Bref, Monsieur le Président, vous qui souhaitez aller vite dans les réformes, prenez quand même le temps d’écouter ce qu’ont à dire des dirigeants qui se trouvent à la tête d’entreprises parfois nées alors que vous n’étiez encore qu’un « gamin » et dont le sort ne semble guère vous inquiéter, tout comme les ministres concernés.

Michel Ledet

Réponse :
Sujet :
Prénom et Nom :
E-mail :
Txt
Image :
M'avertir des réponses

Ze forum v.3.2, PHP/SQL par Franck Mée.