notre partenaire attend votre visite

Livreaero.fr

Le Tréport 76 - Stèle des 123 membres disparus des FAFL - Aéroforums

retour au forum "Actualités"


Le Tréport 76 - Stèle des 123 membres disparus des FAFL

de Régis BIAUX (26/06/2022 12:25:24)

Bonjour à tous,

Erigé au bord de la falaise au dessus de la ville du Tréport
(76), dos à la mer, ce monument imposant de 4 mètres de long
sur 2 mètres cinquante, marque à jamais le souvenir de ces
123 disparus des Forces Aériennes Françaises libres.

Cette stèle réalisée à l'initiative de Frédéric Bentley,
Président de l'Association pour la Mémoire des FAFL a été
mise en place le 8 juin 2021. Reportée à plusieurs reprises
pour causes liées à la crise sanitaire, l'inauguration
officielle a pu enfin avoir lieu ce samedi 25 juin 2022.

C'est sous un beau ciel bleu que cette cérémonie a commencé
en présence des autorités civiles et militaires, de très
nombreuses associations, ainsi qu'un parterre imposant
constitué de très nombreuses familles des disparus, mais
aussi une forte participation de jeunes (Collégiens de la
ville, jeunes pilotes de l'Armée de l'Air), sans oublier
quelques Aéroforumeurs, nos amis Bertrand Hugot, Jocelyn
Leclerc, Philippe Chéron et j'en oublie peut-être ne les
ayant pas rencontré personnellement.

Une très belle cérémonie réglée et fort bien orchestrée par
les organisateurs avec le support de la ville du Tréport.
Un très bel hommage à tous ces aviateurs qui ont donné leur
vie à la patrie et que des collégiens de la ville ont
immortalisé par l'appel de chaque nom avec dépose d'une
croix de Lorraine en bois, croix individuelle identifiée par
leur nom, leur âge et leur portrait. Un moment très fort de
cette cérémonie.

Et pour illustrer ces propos, une petite série de photos
réalisées durant cette cérémonie.

Cette stèle est visible sur Aérostèles suivant le lien:
123 disparus des FAFL - Le Tréport | Aérostèles
(aerosteles.net)

Amicalement.
Régis

Réponse :
Sujet :
Prénom et Nom :
E-mail :
Txt
Image :
M'avertir des réponses

Ze forum v.3.2, PHP/SQL par Franck Mée.