notre partenaire attend votre visite

Livreaero.fr

Re:Re:Accident à Cardet (Gard) du 15/12/1939 - Aéroforums

retour au forum "Histoire de l'aviation"


Re:Re:Accident à Cardet (Gard) du 15/12/1939

de Jean-Luc Chapelier (23/04/2018 20:20:57)
en réponse à Re:Accident à Cardet (Gard) du 15/12/1939 de Prosper Vandenbroucke (22/04/2018 20:36:15)

Bonjour à tous

Pour rebondir sur ma question, voici des extraits du JORF, Débats parlementaires, chambre des députés - Comité secret du 09/02/1940 et une question. Comment accéder aux documents, débats etc .. de la commission de l'air citée ci-dessous ?

" .... Le 15 décembre de cette année catastrophique au regard du temps, l'école a été prise dans une tourmente épouvantable. Il y a eu 15 morts. 3 blessés graves — il faut compter un avion du front qui se promenait par là — et 3 blessés légers, D'après le rapport, la faute en incombe au service de la météorologie. On a pris des sanctions contre le colonel qui avait décidé le départ et qui, chose curieuse, est, lui. arrivé ....Il s'est produit un accident très douloureux au cours de ce déplacement. J'ai communiqué le dossier à la commission de l'air, avec une analyse précise des faits et l'indication des sanctions prises. Je n'y reviendrai pas devant la Chambre, si ce n'est pour relever une inexactitude dans ce que vous avez dit, monsieur Béranger, de fort bonne foi, j'en suis persuadé, sur les conditions dans lesquelles le colonel commandant l'école est arrivé à Istres...
M. le ministre de l'air : Le colonel a estimé que, le temps étant défavorable, il pouvait devancer son école et se rendre à Istres pour préparer l'installation, en se déchargeant du commandement' de l'échelon volant sur le lieutenant-colonel, son second. En prenant cette décision, même dans le but d'aller vite et d'interrompre moins longtemps l'instruction, il n'en a pas moins commis une faute. Sa place était là où il y avait la plus grosse responsabilité. J'ai sanctionné la faute. Quant au commandant en second, je ne partage pas l'avis que vous avez émis. Ce n'est pas, en l'espèce. le service météorologique qui devait être incriminé; c'est celui qui avait pris la décision au vu d'une prévision météorologique aussi mauvaise et, dans le désir de ne pas entraver l'instruction — c'est-à-dire, toujours, dans un très bon sentiment - donné tout de même l'ordre de départ. J'ai posé la question au colonel commandant qui avait la responsabilité. Je lui ai dit: Vous présent, auriez-vous, au vu de ce bulletin, donné l'ordre de départ? Il m'a répondu: Non. J'ai conclu: C'est pourquoi je vous sanctionne et je sanctionne votre second......"

Réponse :
Sujet :
Prénom et Nom :
E-mail :
Txt
Image :
M'avertir des réponses

Ze forum v.3.2, PHP/SQL par Franck Mée.