notre partenaire attend votre visite

Livreaero.fr

DB-7 / Havoc / Boston.... - Aéroforums

retour au forum "Histoire de l'aviation"


DB-7 / Havoc / Boston....

de Jocelyn Leclercq (18/03/2020 19:29:22)
en réponse à Re:le reliquat des commandes françaises de sosthene billault (17/03/2020 00:06:29)

Bonsoir tout le monde

Je ne sais pas pourquoi, mais je vois des croix noires au lieu des photos, même celle que j'ai mise en ligne... Ce qui ne devrait pas.
Un virus peut-être...
J'ai sorti de l'étagère le "A-20 Boston at war" de William N. Hess publié chez Ian Allan. Déjà le titre est incorrect, simplification abusive, mais passons.
Il y est indiqué :
Indépendamment de la commande française, la Grande-Bretagne avait commandé 150 DB-7B en février 1940. Modèle qui se rapprochait fort du A-20 américain, mais avec des équipements britanniques. p10
page 10 en bas : les DB-7 survivants avaient été envoyés en Afrique du Nord. Un (grand) nombre a été détruit au sol en novembre 1942 lors de l'opération Torch. Ceux qui n'avaient pas été détruits ont repris du service dans les nouveaux groupes libres qui ont repris le combat en Afrique du Nord en 1943. Là, je ne suis pas trop d'accord avec cet auteur anglo-saxon.
page 11 : Les premiers Boston à arriver en Angleterre pour servir avec la R.A.F. étaient, toutefois, ceux qui avaient été construits pour la France. Ils arrivèrent à l'automne 1940, motorisé par des P&W R-1830 et équipés à la française, instruments en français et en système métrique. Les radios n'étaient pas compatibles et les soutes à bombes ne prenaient pas les bombes anglaises (?!). A part ces inconvénients techniques, le principal point faible était sa courte autonomie. Sa grande vitesse et ses bonnes performances générales étaient un atout, mais le Boston I n'avait qu'un seul usage pour la R.A.F., celui de chasseur de nuit. Il est ré-armé avec 8 0.30 dans le nez, et affecté au Squadron 23. [en fait c'est davantage un role d'intruder de nuit qu'on lui confie]
Après cet affectation initiale, certaines cellules sont modifiées en "Turbinlite", avec le projecteur dans le nez. Un autre rôle qu'on lui a confié est celui du largage des mines aériennes, sur la trajectoire des bombardiers allemands.
page 29, récit de George McLannahan :
[...] quand j'ai rejoint le [93] Squadron, il recevait quelques Havoc et j'ai fait mon premier solo sur l'un d'eux le 8 janvier 1941. Nous en avions trois à l'époque, AW411; BD110 et BD117. Nous avons reçu plus tard des DB-7. Ces DB-7 étaient prévus pour l'armée de l'air française, et n'avaient pas d'armement. L'instrumentation nous était étrangère, le badin était en km/h et la pression d'admission en piézes. Nous décollions normalement plein gaz, car il n'y avait pas de contrôle de la pression d'admission, et les moteurs avaient tendance à l'overboost. "

La double commande pour le radio-mitrailleur était limitée, afin de permettre au pilote d'évacuer, tandis que le radio-mitrailleur maintenant l'appareil en ligne de vol. J'ai au moins un radio-mitrailleur de Boston qui est mort à son poste, suivant la consigne, pour laisser le temps au pilote d'évacuer (le pilote a survécu, capturé, mais vivant).

Cordialement

Joss

Réponse :
Sujet :
Prénom et Nom :
E-mail :
Txt
Image :
M'avertir des réponses

Ze forum v.3.2, PHP/SQL par Franck Mée.