notre partenaire attend votre visite

Livreaero.fr

Janine Elissetche - Aéroforums

retour au forum "Histoire de l'aviation"


Janine Elissetche

de Didier Lecoq (27/08/2022 10:38:55)
en réponse à Andrée Dupeyron de Franck ROUMY (26/08/2022 23:28:56)

Bonjour Franck, bonjour à tous,
quelques renseignements sur Janine Elissetche. Comme je l'ai écrit, ce troisième groupe (après les
13 Grâces) a été composé de femmes qui n'avaient jamais piloté et qui étaient issues de la
Résistance. C'est son cas. Après ses activités clandestines chez elle, à Ixtassou, elle a été
arrêtée puis relâchée, signal du départ vers l'Afrique du Nord en traversant l'Espagne. Elle
rejoint alors l'armée de l'air. C'est en juin 44 qu'elle suit le stage d'ambulancières à la Vigie.
Elle débarque dans le Sud dans le groupe de Josephine Baker. Ces ambulancières sont rattachées à
la 5e DB qu'elles quittent (fuient) pour Paris puis la poche de Royan. A la fin de la guerre, elle
contacte Maryse Bastié après avoir entendu parler de l'escadrille féminine. Elle arrive à
Châteauroux en septembre 1945 et vole sur MS 315 jusqu'à ce que le ministère siffle la fin de la
partie. Retour à Paris. Elle rejoint ensuite l'école de chasse de Meknès, comme infirmière, ce
qu'elle n'était pas. Là elle obtient d'Ezanno de reprendre le vol. Elle fait du Tiger Moth avec le
lieutenant Marie. Puis vole - mais pas comme pilote - sur A.24. Elle y rencontre Margot Duhalde
venue apporter un Spitfire. En fin de contrat en 1948, elle revient un peu plus tard et est
affectée à la 62e escadre à Alger, spécialité transmissions. C'est là qu'elle passe son 2e degré de
tourisme. Volontaire pour l'Indochine, elle est à Saigon où elle continue de voler, notamment avec
le général de Linarès, sur Nord 1000. De retour à Paris, elle recevra l'autorisation de voler de
temps en temps, lorsqu'elle est à Mont-de-Marsan. Elle part ensuite à Dakar où elle vole en aéro-
club. Mais aussi comme passager dans des avions de l'AA comme des Nord 2501, C.47 et même B.26.
Puis ce sera le retour boulevard Victor et la retraite à la fin des années 70 alors qu'elle est
capitaine. Elle sera lieutenant-colonel de réserve et officier de la Légion d'honneur. En annexe
elle donne des renseignements précis : brevet de tourisme n°19480, le 5 juillet 1948 à Paris,1214
heures de vol dont 175 de nuit. 58 h 50 de vol de guerre n°2. Le tout sans brevet de pilote
militaire.
Son récit est très intéressant. Après la Résistance, elle a résisté. Elle a traversé sa carrière
assez souvent hors des clous.
Bonne journée
Didier
Comment je suis devenue LIEUTENANT COLONEL "LE", aux édition La Bruyère.
Il y a des photos dans le livre notamment descendant du MS 315, à bord d'un Tiger Moth avec son
moniteur.

Réponse :
Sujet :
Prénom et Nom :
E-mail :
Txt
Image :
M'avertir des réponses

Ze forum v.3.2, PHP/SQL par Franck Mée.