notre partenaire attend votre visite

Livreaero.fr

Re:Salade de bielles - Aéroforums

retour au forum "Technique"


Re:Salade de bielles

de Alain Breton (04/06/2019 19:03:25)
en réponse à Salade de bielles de Jean Schreiber (04/06/2019 11:42:41)

Bonjour Jean,

Merci de poursuivre sur ce thème, qui me trotte dans la tête depuis le premier post.

La question de l’homogénéité des courses dans un système bielle-biellette(s) est de même nature que la quadrature du cercle : n’en déplaise à Marchal, il est impossible d'éradiquer la disparité des courses.

Un point quelconque de la périphérie d’une tête de bielle (maîtresse) décrit une courbe sensiblement elliptique, l’excentricité de cette ellipse étant fonction tout à la fois de la position angulaire dudit point par rapport au centre de rotation de la bielle, et de son éloignement de ce centre. Cet éloignement est un paramètre primordial… les 9 cylindres en étoile, où par rapport à des 5 ou 7 cylindres le groupement des 8 biellettes oblige à tenir leurs articulations sur un cercle plus large (à raison de leur nombre supérieur, de l’augmentation de taille de la bielle principale, et de l’augmentation de diamètre du maneton) connaissent des problèmes vibratoires particuliers, qui sont bien entendu liés à l’hétérogénéité croissante des courses des différent pistons.

On notera d’ailleurs que les « gros » moteurs à 9 ou 18 cylindres (R2800, R3350…) ont renoncé à trouver une solution « géométrique » et se sont plutôt tournés vers les amortisseurs de vibrations de 3ème ordre et au-delà.

Ceci étant, il ne faut pas croire que les particularités géométriques des multi-cylindres à embiellage « articulé » soient absolument rédhibitoires. En fait, toute solution mécanique étant un compromis, il faut savoir ce que l’on peut admettre et ce que l’on doit rejeter impérativement.

Les premières versions du Rolls-Royce « R », qui sortaient quelque 2.000 ch de leurs 36 litres de cylindrée, étaient équipées de bielles à fourche présentant l’avantage d’un fonctionnement cyclique parfaitement homogène (à la torsion du vilebrequin près…), mais aussi dotées de l’inconvénient de réduire de 50 % la surface des paliers de tête de bielle. Ce qui devint le talon d’Achille du moteur quand on tenta de dépasser franchement le cap des 2.000 ch … Pour le pousser significativement, le bureau d’études de Derby bascula sans la moindre arrière-pensée vers un système bielle-biellette dont la grande surface de palier permettait de supporter le stress… et de remporter la Coupe avec les 2.500 ch des ultimes versions !

Dans la continuité, on peut rappeler aussi que face à ce succès reconnu, le motoriste a essuyé un échec monumental avec le Vulture, dont les bielles étaient du type articulé (1 bielle maîtresse, trois biellettes) et ne purent jamais être mises au point, entraînant la faillite du projet.

Vaste sujet en tout cas, que nous n’épuiserons sans doute pas…

Bien amicalement,



Réponse :
Sujet :
Prénom et Nom :
E-mail :
Txt
Image :
M'avertir des réponses

Ze forum v.3.2, PHP/SQL par Franck Mée.