notre partenaire attend votre visite

Livreaero.fr

Re:Re:Re:Diesel haute altitude - Aéroforums

retour au forum "Technique"


Re:Re:Re:Diesel haute altitude

de Jean Schreiber (19/10/2020 14:53:07)
en réponse à Re:Re:Diesel haute altitude de Dominique ROUCHON (19/10/2020 11:55:09)

Bonjour Dominique

On va entrer un peu plus dans le détail de la cuisine pétrolière aéronautique germanique...

Il y avait deux types de carburants pour moteurs Diesel d'aviation en Allemagne après 1940. Le
premier (basique) tenait néanmoins jusqu'à -25 °C, sur les bases de spécifications émises par
la Lufthansa suite à la mise en service des Ju 86 civils. Le gasoil poids-lourds que l'on
mettait à l'origine dans les réservoirs posait des problèmes par temps froid, et le
"déparaffinage" devait être plus poussé. Le deuxième (K1) était entièrement synthétique
(procédé Fischer-Tropsch) et était réservé à la Luftwaffe, la surproduction, vu les besoins
limités, servait à améliorer le gasoil poids-lourds standard, issu de ce qui restait de
raffinage "dans les pays conquis" et surtout de la synthèse par hydrogénation du lignite.

Le Jumo 004 B avait été conçu pour utiliser le "diesel" K1, contrairement au BMW 003 prévu pour
fonctionner à l'essence d'aviation, dans un but de ne pas compliquer la logistique. Mais
c'était sans compter sur le ministère, qui demanda la conversion du BMW 003 au même carburant
que le Jumo 004, dans un but global d'économiser l'essence d'aviation. Quant au carburéacteur
"définitif" (J2) de mi-1944, pouvant se substituer au "diesel" K1, c'était du K1 auquel était
rajouté 5 à 10 % d'essence pour faciliter le rallumage du réacteur en cas (fréquent)
d'extinction en vol. Ces carburants, s'ils étaient adaptés au fonctionnement stabilisé du
réacteur, ne permettaient pas son démarrage à froid. C'est pour cela qu'il y avait un petit
réservoir dans chaque nacelle avec un mélange essence B4 + 3% d'huile, utilisé pour le
démarrage au sol, à ne pas confondre avec le mélange "2 temps" du démarreur Riedel. Bien
évidemment, à partir de janvier 1945, l'approvisionnement et la production devinrent
problématiques, et le carburéacteur fourni aux unités ne répondait plus vraiment aux
spécifications. Sans parler de l'utilisation en dernier ressort de "fonds de cuve" d'essence
auxquels étaient rajoutés quelques % d'huile.

Bien amicalement

Réponse :
Sujet :
Prénom et Nom :
E-mail :
Txt
Image :
M'avertir des réponses

Ze forum v.3.2, PHP/SQL par Franck Mée.